Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/04/2009

Écouter de la matière les mélodies

Hier soir a eu lieu chez moi une réunion entre quelques membres du mouvement créaliste. La discussion fut passionnée, notamment sur l’éventuelle portée politique du mouvement, et sur le souci ne pas quitter un conditionnement pour un autre. L'accès, par des voies diverses, à différents états de conscience fut aussi évoqué. Voici quelques phrases notées aux cours de la soirée, émanant de voix multiples :

Guillaume : « Le créalisme est une dynamique de création inspirée par l’état de conscience dans lequel nous nous trouvons. Cette inspiration est également façonnée par la croyance que nous lui accordons, d’où la nécessité d'une forte confiance en sa création. Croire, créer, cristalliser... Le créalisme, c’est faire venir à soi les possibles et choisir ces possibles afin de les intégrer à la réalité. Faire danser la réalité à travers la création qui est sans fin. CRÉER : Créer le réalisme, Réaliser la création, Élaborer la croyance, Élancer le désir, ressentir la réalité. »

Maya : « Le créalisme, c’est une perpétuelle remise en question pour aller de et vers l’avant. Confiance collective. Hasards générés par des interactions dont nous sommes les moteurs. Le rire des enfants après la pluie. Refuser l’aliénation. Même à l’amour ? Le monde est ta création. »

Alessandro : « Un sensualisme à vocation créative. Prégnance du devenir. Une vision plus qu’un système. Primauté de la psyché sur la conscience. Vision anti-réductionniste, non mécaniste. Inspiration libertarienne ? L’aléatoire dans le ratio. Comment articuler le créalisme et une conception tragique, absurde, de l’existence ? Non pas une acception négative du tragique, mais le tragique comme élément constitutif de l’homme. Ou pour le dire autrement, quelle serait par exemple une vision créaliste de Shakespeare ? »

Louis : « Le créalisme, c’est la liberté presque inconditionnelle. »

Wesley : « Le créalisme, c’est une possibilité d’être et d’évoluer dans et par sa volonté. D’être créateur de sa réalité, intérieure donc extérieure. Nécessité d’être la volonté objective de l’uni-vers. »

Voici ma contribution : « La connaissance ne se compare pas, elle se propulse d’étincelle en étincelle, traçant les armes d’un feu purifiant, impétueux, doux à l’aurore et vif au crépuscule. Cette connaissance vivante en expansion mêlant, entourant, liant les humains, les êtres et l’infinie sagesse naturelle, c’est le créalisme. Donner forme à son désir d’harmonie, harmoniser les forces contraires, écouter de la matière les mélodies, être, ensemble, les artistes de la Terre. »

 

Luis de Miranda

 

 

17:40 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.