Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/04/2010

Que crée un masque?

(Masque dit d'Agamemmnon)
 
"Ce qui existe est loin de notre conception, est abîme . Qui peut le trouver ?" Ecclésiaste .
 
"Ton absence m'engagea à composer ce traité, que j'ai fait pour toi et tes semblables (...)tout ce que j'ai mis par écrit te parviendras successivement, là où tu seras . Porte toi bien " Maïmonide .
 
*
 
 
 
Le vent souffle où il veut, et tu entends sa voix, mais tu ne sais d'où il vient ni où il va . Il en est de même de ceux qui sont nés de l'esprit . L'âpre désir fait progresser sur la crête des mots invaincus, des mots non-manifestés, vers les vertiges de l'indicible, à proximité de la folie et de la mort . Tel est le rôle du masque dans la tradition hérétique . Tel est Barbélô, chez les Gnostiques Séthiens, qui conservèrent l'Évangile de Judas : le nom de Dieu impliqué en quatre (lettres) . Il est aussi, analogiquement à ce que Léo Strauss, dit du Guide des Égarés de Maïmonide, un ensemble de délicatesses, d'indices, d'omissions, permettant de faire circuler dans les canaux de l'orthodoxie une pensée nouvelle, vivante, un corps et un sang nouveau puisant à des racines charnelles, indéracinables, selon la figure de l'arbre inversé .
*
 
Interpréter comme des manipulations ces masques est une profonde erreur, une méconnaissance des masques . Wilde a écrit : "les vérités de la métaphysique sont les vérités des masques". Le masque n'est pas rien . Et encore moins mensonge, sinon pour notre incapacité symbolique, propre à notre âge de la désymbolisation . Car qu'est ce qu'un masque ?
*
 
 
 
Il ne suffit pas de lire pour comprendre, il faut se mettre dans la position intérieure de le faire, dans l'écoute sans jugement . "Tu étais agité et saisi de troubles, et ta noble âme te stimulait "afin de trouver les objets de ton désir"(Ecc. 12 :10) (...) ton absence m'engagea à composer ce traité, que j'ai fait pour toi et tes semblables, aussi peu nombreux qu'ils soient (...) . Il faut savoir que, lorsqu'un des hommes nobles désire, selon le degré de sa perfection, se prononcer, soit verbalement, ou par écrit, sur quelque chose qu'il a compris en fait dans ces mystères, il ne lui est pas possible d'exposer même ce qu'il en a saisi avec une clarté parfaite et par ordre (...) je veux dire que la chose apparaîtra et se laissera entrevoir, et qu'ensuite elle se dérobera ; car on dirait que telle est la nature de cette chose(...)il faut savoir que la clef pour comprendre tout ce que les prophètes ont dit et pour le connaître dans toute sa réalité, c'est de comprendre les allégories et leur sens et d'en savoir interpréter les paroles . Tu sais que le Très Haut a dit : "et par les prophètes je fais des analogies" Maïmonide, (Rambam), Guide des égarés trad S.Munk, introduction .
*
 
 
 
Qu'est ce qu'un masque? La question porte sur l'être . Dans l'ordre de l'être, le masque est un signe . A savoir, il s'interprète comme s'interprète le texte .
*
 
 
 
Il n'est pas de vie humaine qui ne soit informée par une sémiotique, et d'abord par le langage . Les structures du langage et celles de la personne sont analogues, se répondent . Il s'ensuit que la parole n'est pas de la littérature, un domaine à part de la vie, mais le fondement de la vie même . Aucune thérapie, même le coaching comportemental le plus mécanique d'inspiration, ne se passe du verbe . Ceux qui croient ne pas avoir affaire à la parole, dans notre monde, sont asservis au texte de l'idéologie racine, au point qu'elle occupe leur corps et leur âme et se fait oublier comme étrangère . Ce sont ceux qui croient savoir, parce qu'ils ignorent qu'ils ne savent pas ; qui croient se connaître, parce que l'image que leur renvoie le Système adhère à eux comme un préservatif, qui les protège de toute contamination mal pensante . Œuvrer sur le texte qui structure et encadre la vie n'est rien d'autre que la reconquête de la souveraineté humaine, de la liberté essentielle .
*
 
Le masque est un index pointé vers le mystère de la personne . Rien n'est moins évident, rien n'est plus insaisissable que l'identité personnelle . Il est éminemment probable que la personnalité ne soit autre que le masque que l'on s'est habitué à porter, celui par lequel on est reconnu par les autres . Faite de rien, la personne est tissée de vide, habitée par l'abîme, ou course au divertissement et au mensonge, au mirages de "la recherche de soi", de "l'estime de soi" . J'avance masqué, et les autres ont aussi leurs masques . Masques parcourus, comme l'herbe de la steppe qui ondule par endroits, par des éclairs, des mouvements, des regards qui transcendent le masque, qui font l'authenticité d'une personne .
*
Pour autant le masque n'est pas rien . Il est signe, non pas seulement par ce qu'il ignore, mais aussi par ce qu'il sait .
 
Le signe est un étant ambivalent dans l'ordre de l'être, il est entre la lumière et les ténèbres . Il est parce que son référent est absent . Conjointement de vide et de plénitude, absence et aussi présence . La signe est la plénitude de la créature, elle même tissée de néant . Le seul signe accordé par le Maître, le signe de Jonas, n'est autre que la prophétie, que le verbe de l'homme .
*
 
 
 
Dans la perspective la plus puissante, le masque fait signe, il n'est pas trompeur, il est un comme si de connivence . Face à un masque, je sais que cette face n'est pas une face humaine, n'en est que l'image sur un visage . Par le masque l'homme devient lui-même symbole, devient image de l'archétype qu'il joue . Tel est le fondement sacré du théâtre, l'invocation des dieux, le devenir autre, l'advenir des choses qui ne sont pas dans l'être . Le dépassement de l'homme est l'homme ; et ce dépassement implique la distance à soi, la réflexion, le reflet, l'image . Et comme dépassement vers le haut, l'image puissante d'un règne . Le masque et le blason sont très proches, d'une évidente proximité . Le masque est puissance, là où la personne est acte ; il est magie, là où la personne est cendres .
*
 
 
 
En tant que symbole de soi, par le masque, l'image ou le mot, l'archétype est une image au service de la transformation, comme cause finale, destinale, ou but dans le langage moderne, qui ne peut comprendre que la fin remonte dans le passé, comme une racine pour s'accomplir dans le futur . César se saisit de son destin en se posant César ; et l'ordre qui reconnait le nom, ou le blason, ou le masque pousse l'être humain à se conformer, se confronter avec son désir de devenir-autre, figuré par une image . C'est le sens de la prédiction auto-réalisante, de poser, de créer les conditions de sa réalisation en se posant . Le masque est le signe de la souveraineté de l'homme sur lui-même, souveraineté payée d'absence et de douleur selon l'ordre de l'image, et celle de l'ordre de l'indicible .
*
 
 
 
Par nature, le signe a un référent, qui est ontologiquement consistant . L'ordre des signes repose sur un ordre ontologique non-manifesté . L'ordre des signes qui doit fonder un ordre, qui doit faire advenir l'espoir dans le réel ne peut être un ordre fictif, c'est à dire s'exténuant vers le non-être . Car fonder un ordre sur des êtres fictifs est un signe de démence, et rien de plus . De ce fait, la pensée moderne interprète tout ordre symbolique comme potentiellement dément, et s'enferme dans la démence unidimensionnelle de la désymbolisation . Le signe sans référent est exténué, l'ordre gratuit des signes est impuissant- tôt ou tard ce point doit être débattu avec la tradition lacanienne . Par exemple, l'ordre de la poésie sans auteur est la manifestation d'une matrice d'ordre immanente, d'une puissance qui n'est pas pur chaos et pures ténèbres, mais puissance de mondes . Le verbe parle à travers le poète ; et cet ordre est créateur d'ordre . Ce n'est ni hasard ni automatisme, mais créalisme .
*
 
 
 
De même, le masque posé comme fin de la personne existe en acte comme puissance, comme force qui va, et qui impacte très réellement le réel vivant .

16:07 Publié dans philosophie | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

Ayons toujours un masque d'avance sur le réel, confiants que le créel a toujours une vasque d'avance sur nous.

Écrit par : LdM | 24/04/2010

Le masque en tant que bal masqué est favorable à la jouissance et à la transformation, au devenir autre!

Écrit par : vincent.chapin | 24/04/2010

À bon entendeur salut :

http://fernando-pessoa.com/oeuvre/empire_androgyne.php

Écrit par : LdM | 25/04/2010

Merci, Luis. Un pas de plus vers nous...je me retrouve dans une demeure à la fois étrangère et familière.

Écrit par : vincent chapin | 26/04/2010

Les commentaires sont fermés.