Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/06/2010

Sciences dyonisiaques (poème)

 

Sciences dyonisiaques

 

Héraclite

nous rejoint

dans le contemporain

le plus laborantin


Labor d'alégresse

schéma circulaire

vision unitaire

en-deçà

de çà+çà+çà+...

et de toute chose en soi

 

Nous ne rêvons plus de découper le monde

en petites unités discrètes

et bruyantes


(l'art du boucher est bien plus noble...

ou celui

du maçon

qui ne cherche plus

la brique fondamentale

de l'oikos)

 

Logique qui engendre

son contraire


Forces

enfantement doux

et violent


Dyonisos

 


Distinctions

poussées

et

penser

le commun (transnoïa)

ce qui relie

dans le séparé

 

Rien n'est sans

 

Rien n'est (en soi)

Mais co-naissant

Fils

de soie

 

Rien          ne signifie plus rien

isolément


Tout signifie

par la Terre

Les mondes



Nicolas Zurstrassen

20:45 Publié dans philosophie | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

lol "participaction" XD
c'est vrai que c'est peut être un mot qui manque à notre langue, à une époque ou participer ne veut plus dire s'engager, mais juste faire une signature, ou envoyer un chèque, puis passer à autre chose.

euh sinon, le texte est sensé être compréhensible ou non? O_O

Écrit par : Sébastien | 12/06/2010

lol

hein c'est un site d'homme ou quoi , duras alcoolique malheureuse comme une pierre

un langage vide, comme la génération d'après guère, becket et le reste, l'art vide actuel

d'ailleurs ici on accepte pas tous les textes hein.

Marylin Monroe, Dalida, beauvoir à l'ombre de son mari

c'est fini cette époque là

Écrit par : Marie-Lise EHRET | 04/07/2010

fini aussi Anaïs Nine qui écrit pour les hommes ce qu'ils veulent entendre sexuellement parlant

vous trouvez normal qu'une chanteuse ou actrice se serve de la caméra pour vivre ?

fini tout ça !

Et c'est bien dommage que l'on ait masculinisé la femme depuis de droit de vote hein ?

A ces Femmes que l'on nomme P.... respecteuse hein Sartre ?


La nuit vous est assaut
De chiens et de loups gris
Flairant à votre peau
Les effluves aigris
De leurs besoins de chair.


Dans les soirs minéraux,
Perchées au bord amer
Des trottoirs viscéraux,
Dans ces rues de grand froid,
vous semblez aux oiseaux
que lacère l'effroi.


Aux lames affûtées
De vos seins comme glaive,
À vos jambes bottées,
Ils écorchent leurs rêves
et repartent honteux
Des prédations commises,


Aux rivages nuiteux
De vos âmes omises,
Tristes fauves vidés
De leurs baves émises
En vos ventres bradés


Votre corps n'est-il riche
Que d'offertes béances
Et n’est-il qu’une friche
Pour de vaines semences ?

Quand fut-il caressé
D’une main de douceur ?
Votre coeur est blessé
Des anciennes douleurs
Qui pleurent en silence
Aux ténèbres des peurs
Où saigne votre enfance.

Marie-Lise Ehret
15 juin 2010

cadeau pour le cars des prostituées
association du "nid" hein !
nid pas celui de l'oiseau !

Écrit par : Marie-Lise EHRET | 04/07/2010

Le corps des mots de Causette


Écrire, à même le coeur des mots,
Mots – à corps, chair à mot, équilibre instable
Des peaux tendues, raides, sous l’écriture
Déchirée de plumes sèches.
Traces, signes, symétries, point-virgule,
Trait d’union, comme fragments d’un puzzle divin
Là où les mots ont du coffre et du corps !
Maintenant où chaque mot fait corps,
Où chaque mot fait chair, à même le corps des mots
Où le Verbe se fait chair, à corps perdu.
Respirer profond, pour parler au corps avec des mots
Justes, comme intériorité, liberté et vérité …
Là où les mots ont du cœur et de l’être !
Origamis et gammes de mots au clavier du papier,
Arpège notes à mots, maux-anatomie et mots rimes
Mots rites, mots rires, mot dire ou pas, ou plus.
Exercer la poésie, c’est plier les mots, comme on plie une feuille,
Cherchant l’harmonie, l’accord, le corps de lettres,
Comme un ballet graphique.
Corps à corps, chair à chair, peau contre écrit,
Donnant formes diverses à l’univers intérieur,
Anges de papier à pleines rames ou démons se pliant devant
Tant de lumière.
Le cœur en déroute,
Avec sa cervelle d’oiseau, mot à mot,
Le poète fait du tricot.
En narrateur, il respire l’être des mots,
l’écho-miroir des mots de l’Être,
Chaque phrase s’y déploie au coude à coude,
Sur les genoux des énoncés, comme pliés en quatre
Cœur à cœur, mot à maux, images et métaphores
Pour l’homme, un être de chair.

Pour Causette du site Ecrit
Il faudrait peut-être écrire à genoux aussi !
Pouquoi pas avec des rigoles de sang dites


Marie-Lise EHRET

Écrit par : Marie-Lise EHRET | 04/07/2010

Ah !

Devant les précaires perspectives d'alchimie du dieu détruit
Inaccompli dans l'expérience
Je vous regarde formes douées de vie,
choses inouïes, choses quelconues,
Et j'interroge :

"Commendement interne ?
Sommation du dehors ?"

La terre s'éjecte
de ses parenthéses illetrées.
Soleil et nuit dans un or identique
parcournt et négocient
l'espace-esprit,
La chair-muraille
Le coeur s'évanouit...

Ta réponse , connaissance,
ce n'est plus la mort,
unversité suspensive.

02 juillet 2010

Ecrit par : Marie-Lise EHRET | 02.07.2010

Écrit par : Marie-Lise EHRET | 04/07/2010

et Monsieur Onfay il est un peu tare pour vendre vos bouquins sans réponse vraiment

brûlez freud mais voyons ça fait cent ans que ça dure il y a longtemps que j'ai coupé la tête à Freud mais plutot que de taper sur les morts moi je pense aux devenr de la philo

qu'à telle à tourner en rond comme la terre sur elle même et repartir avec Platon ou Socrate...

........................


les problèmes sont nombreux et bien plus complexe

allez voir l'arnaque des génériques hein aujourd'hui sur mon site !

bon alors !

voyez quand je vous dis que les génériques c'est de l'arnaque

la marque d'origine : 11 € 98

Le générique : 11 E 98

il est où le bénéfice de la sécurité sociale ?

et en plus je me suis battue avec le pharmacien pour rien !

ah bien ça alors

idem pour le cholestérol 13, 67

il est même plus cher que l'original

pas possible hein

C'est pour ça que je suis pour l'indépendance des médecins vous voyez hein !

un pharmacien n'a pas à contredire l'ordonnance d'un médecin et je vais vous dire aussi , c'est parce que derrière il y a une très mauvaise idée de faire aller les gens à la pharmacie avant le médecin !

M.....alors !

Ecrit par : Marie-Lise EHRET | 02.07.2010

Écrit par : Marie-Lise EHRET | 04/07/2010

Les commentaires sont fermés.