Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/12/2010

Wikileaks : qui règne par le code tombera par le code

par Luis de Miranda

Tribune publiée dans le journal Libération du 14/12/2010 : à lire ici

 

 

Capture d’écran 2010-12-14 à 09.30.13.png

 

 

 

 

L’être humain est un animal protocolaire. Nos comportements obéissent, consciemment ou non, à des codes. Jusqu’à une époque récente, le protocole était un instrument de pouvoir hégémonique. Plus on maîtrisait les règles et leur construction, plus on contrôlait la population. L’écriture et la police des protocoles étaient le privilège des élites dominantes.

Internet est aujourd’hui le lieu par lequel l’humanité est en train de prendre conscience que la liberté passe par la reprise en main collective de la construction et de la réinvention des protocoles. Le nom de Wikileaks restera comme l’un des jalons de cette démocratisation. Dans le mot Wikileaks, leaks est important : ce sont les fuites grâce auxquelles les cercles décideurs qui jadis apparaissaient solides comme le roc se liquéfient et perdent de leur superbe. Mais wiki est tout aussi signifiant : cela veut dire que tout un chacun peut contribuer à cette démystification active des protocoles.

Quel est le point commun entre Internet et les cercles diplomatiques ? Ce sont deux mondes régis par des protocoles très stricts, mais de manière inversée. La rigueur diplomatique est un vernis de surface qui permet au fond toutes les hypocrisies, les coups bas et trahisons. Le protocole est mis en scène, tandis que les manœuvres restent dans l’ombre. La rigueur d’Internet se trouve au contraire dans tout ce que l’on ne voit pas : dans ses codes source, dans ses standard universels d’écriture des programmes et de traitement des informations (par exemple, sur Internet, les standards RFC, TCP/IP ou HTML). Ce qui est visible immédiatement, sur le Net, c’est un joyeux chaos, la turpitude, la liberté d’expression, toutes les manifestations du kaléïdoscope humain. Nous sommes depuis longtemps vaguement familiers des codes qui régissent la vie plus ou moins feutrée des ambassades, ces règles plus ou moins tacites d’étiquette, de préséance et de relations entre les États et leurs émissaires. Nous connaissons moins bien la récente logique opératoire de la technologie numérique.

Wikileaks est le produit de la culture hacker. Un hacker, ce n’est pas un méchant boutonneux qui provoque la troisième guerre mondiale en bidouillant des computeurs. Un hacker est un acteur du réel : sa pratique repose sur le « reverse-engeenering », ou rétroconception. Qu’est-ce à dire ? Il s’agit de déconstruire les programmes, les règles ou les protocoles construits par des groupes à vocation monopolistique pour comprendre comment ils sont bâtis à la source, afin de les modifier et de devenir acteur de ses propres instruments de communication, si possible en open-source, c’est-à-dire conformément à l’esprit des logiciels libres, modifiables par tous ceux qui se donnent la peine de connaître la logique numérique des protocoles. Mais cette manière de faire, les hackers ne la limitent pas aux programmes numériques : à force de passer le plus clair de leur temps sur Internet, les jeunes générations ont désormais l’algorithme dans la peau : elles comprennent à quel point nos protocoles mondains, nos règles politiques et sociales, nos comportements, nos goûts, nos croyances, nos identités ont été construites et sont des instruments de contrôle.

Le monde diplomatique, celui des dirigeants, n’est certes pas sacré. Beaucoup l’ont répété dans leurs analyses, les fuites de Wikileaks ne sont pas très surprenantes dans le contenu. Mais n’oublions pas que « le message, c’est le medium », selon la fameuse et toujours éclairante formule de Marshall McLuhan. La force de l’événement historique en cours, dont Wikileaks est une manifestation particulièrement forte, réside dans la forme plutôt que dans le fond. Cet événement se dit ainsi : le numérisme, à savoir la codification globale de nos représentations en suites électroniques binaires est un nouvel ADN universel. Ce numérisme, par effet de contraste, met de plus en plus à jour une tendance humaine complémentaire : le créalisme, à savoir la volonté de s’autonomiser, de se maintenir librement à l’écart des automatismes, tout en reprenant en main une recréation démocratique des protocoles. En anglais, cela se dit empowerment ; en français classique, capacitation.

Face à cette double logique, les vieux mondes analogiques élitistes du double langage et du bluff, ceux notamment de la politique et des institutions diplomatiques, ne peuvent qu’être ébranlés. Le message qu’envoie, entre autres, Wikileaks à ceux qui gouvernent est le suivant : à présent que vous avez recours à la logique numérique pour organiser le monde et contrôler les masses, sachez que les masses pourront avoir accès, comme vous, à ce protocole universel pour le détourner ou en démasquer les usages hégémoniques. Cette démocratisation paraît inévitable, à moins de mettre en prison tous ceux qui connaîtraient la programmation informatique : une tentation qui semble démanger certains dirigeants, y compris en France.

Celui qui règne par le code tombera par le code. Ceux qui entendent contrôler les masses par la biométrie, le contrôle électronique, doivent s’attendre à voir les protocoles numériques se retourner contre eux grâce à la vigilance de quelques uns, pourvu qu’Internet et la presse restent libres. Une liberté qui ne doit pas être que technique, mais critique et constructive. Car n’oublions jamais, avec Orwell, que le numérisme seul, sans créalisme collectif, ne mènera pas à plus de démocratie, mais seulement au meilleur des mondes.

 

 

 

 

LdM, auteur de L’art d’être libres au temps des automates (Max Milo, 2010)

 

 

 

09:34 Publié dans philosophie | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

....merci !

Écrit par : JACQUES BROSSET | 14/12/2010

....merci !

Écrit par : JACQUES BROSSET | 14/12/2010

Mille bravos et mille merci !
Merci à Wikileaks et à Julian Assange pour leur travail de démocratisation de la culture du renseignement !
Et merci à Luis pour cet article magistral qui réussit la performance de reposer avec finesse la question de Juvénal "Qui gardera les gardes ?" à l'ère d'Internet, tout en l'articulant de manière ultra pertinente au créalisme.

Écrit par : LD | 14/12/2010

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.