Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/06/2011

DE L’ÉTUDIANT AU MILIEU DE SA MISÈRE


COMITÉ DE RÉDACTION
David Buliard, Robin Clot, Michaël Crevoisier et Karen Sigu.
 

À Luis de Miranda : "Nous sommes un collectif bisontin ayant rédigé à l'occasion du contre-G8/G20 éducation et recherche un livret (de 68 pages) se proposant d'actualiser la critique de la condition de l'étudiant dans sa forme contemporaine. Cette critique entend prendre en compte l'avènement du virtuel dans l'existence quotidienne pour en saisir l'importance et en déjouer les conséquences.
Nous apprécions votre démarche et aimerions y participer par ce texte. Vous trouverez ce livret intitulé "De l'étudiant au milieu de sa misère..."

étu.jpg

DE L’ÉTUDIANT AU MILIEU DE SA MISÈRE
considérée sous ses aspects métaphysique, poétique, économique, politique
et notamment cybernétique et de quelques moyens pour la déjouer.
mai 2011


"Notre critique est née comme naissent toutes les critiques, du doute. Du
doute est né notre récit. Le nôtre était la quête d’une nouvelle Histoire,
notre Histoire. Et nous nous sommes raccrochés à cette nouvelle Histoire
guidés par le soupçon tel que le langage ordinaire ne saurait le décrire.
Notre passé nous a paru figé dans le lointain et chacun de nos gestes,
de nos accents, signifiaient la négation de l’ancien monde et la volonté
d’accéder au nouveau. Notre manière de vivre a généré un nouveau rela-
tionnel, basé sur l’exubérance et l’amitié. Une micro société subversive
au sein d’une société qui l’ignorait. L’art n’en était pas la finalité mais
le moyen de découvrir les spécificités de notre rythme et les possibilités
cachées de notre temps. Cela nous a permis d’obtenir un vrai moyen de
communiquer ou du moins l’envie d’une vraie communication, ce qui
consiste à la découvrir puis à la perdre.
Nous les inassouvis, les insoumis continuons de chercher comblant les
silences par nos propres envies, nos peurs et nos fantasmes ; motivés par
le fait que quand bien même le monde nous semblait vide, quand bien
même le monde nous apparaissait comme délabré et sec, nous savions
que tout restait possible, et que dans certaines circonstances un nouveau
monde était aussi vraisemblable que l’ancien.
RECOMMENCER ENCORE...
DEPUIS LE DÉBUT."
Richard Linklater, Waking Life


Lire le texte dans son intégralité : de-l.etudiant_a4.pdf

_________

 

16:10 Publié dans philosophie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : étudiant, misère | |  Facebook | |  Imprimer