Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/03/2011

Cogito du 21e siècle : Je ne suis pas l'argent, donc je suis.

 

Capture d’écran 2011-03-02 à 08.39.23.png

 

 

Descartes a fondé son cogito sur le doute méthodique à l'égard de la réalité. Je pense, donc je suis, peut se dire ainsi :

Je ne suis pas la réalité, donc je suis.

C'est là une idée maîtresse du créalisme.

 

Aujourd'hui, la logique du lucre continue de coloniser tous les espaces de l'existence. Ainsi, à notre époque, la réalité, c'est l'argent. Se soumettre à la réalité des choses, c'est se soumettre à l'argent. C'est pourquoi une autre manière de formuler et de ranimer le cogito, dans notre siècle, est :

Je ne suis pas l'argent, donc je suis.

 

Quelque chose dans l'identité de beaucoup d'humains reste irréductible à la loi de l'argent. Ce quelque chose est essentiel. Il s'exprime dans la résistance contre les abus du profit financier, et il lutte contre la tentation qu'a l'individu de renoncer, de se dire "après moi le déluge". La société civile du siècle qui commence semble partout raviver cette sentence de Solon, le père fondateur de la démocratie : « Je décrète comme criminel tout citoyen se désintéressant du débat Public. »

 

Luis de Miranda

 

08:40 Publié dans philosophie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : démocratie, argent, responsabilité | |  Facebook | |  Imprimer